SelfM Nicolas Gleizes (While Sad Spirits Around Me Stroll) – Samples and Downloads of His Work (RIP)

Nicolas Gleizes (SelfM) died in a car accident around this time last year (May 2015). He was behind several black metal projects during the early to mid-2000’s and had already been bassist in Lex Talionis since their formation in 1996.

We’ve had several of his demos in the distro over the years and in 2007 released In the Distance, the second demo by While Sad Spirits Around Me Stroll.

WSSAMS was always instrumental. At first by necessity (I asked, he was considering adding vocals) but it worked and from then on always by choice.
The music is melancholic with a core focus on melody and harmony. Paired with an influence from bands like NUIT NOIRE and FORGOTTEN WOODS led to some enduring songs. He described WSSAMS’s music as “Nostalgique, entraînant et lointain.”
It was the most personal of the projects and the last he was writing and recording for. The final WSSAMS releases were a split with Aurvandil (planned since late 08) and the Ghost demo in early 2010.

Here are some selections.
Hail and farewell.

While Sad Spirits Around Me Stroll

from In the Distance, you can listen to the entire In the Distance demo here, the tape is available at the distro

from the “grey” demo (later released by Cold Void Emanations)

from the final demo Ghost (2010)

The old website with the last update made 1 August 2010: http://wssams.blogspot.com/

Ulfang

the last release by Ulfang

from the self-titled demo

from Dust (released on Winter Assault, the label of fellow Défaillance member Black Wood Majesty)

Ethere

Défaillance

listen to the complete album here

Lex Talionis

(as bassist) from their 2000 demo

###

WSSAMS interview from La Voix des Ombres (October 2008) :

Après trois démos, dont une seule a réellement été distribuée par Todestrieb Records, WHILE SAD SPIRITS AROUND ME STROLL reste un projet mystérieux, autant sur Internet que dans sa musique – de qualité. Mais laissons SelfM nous donner quelques éclaircissements à ce sujet ! (octobre 2008)

Bienvenue en Enfer WSSAMS ! “In the Distance” est le seul matériel disponible de ton projet, as-tu reçu des avis à son sujet ? Et qu’en est-il de ta première démo ?

Oui quelques uns par mail qui étaient assez encourageants et je suis tombé un jour sur une chronique assez élogieuse sur un webzine allemand (taakefrost.de). A part ça pas grand chose mais la démo semble être disponible en téléchargement illégal comme un peu toutes les sorties donc elle a du être diffusé assez largement.

Ah la première démo, si on peut appeler çà une démo. J’appellerais ça plus une compilation de trois morceaux agrémentés d’une petite outro que j’avais fait à l’époque. J’en avais fait quelques exemplaire un peu à l’arrache et distribué gratuitement à quelques amis mais rien de plus. Je me voyais mal démarcher un label pour une démo d’une dizaine de minutes, en plus sans chant et puis ce projet n’en était qu’au stade de l’expérimentation.
D’où vient ce nom pour le moins… long ? C’est encore une fois empreint de mystère… A quand remonte la ‘formation’ de WSSAMS ? Pourquoi et comment ?

En fait peut être que tu n’es pas au courant mais je fais parti depuis pas mal d’années déjà du groupe LEX TALIONIS qui officie dans un style radicalement différent, et à l’époque de cette fameuse première « démo » , j’avais entre les mains les textes qui allaient devenir ceux de l’album à venir et ceux-ci m’ont vraiment beaucoup touché, je m’y suis retrouvé pleinement et le futur nom de ce projet s’en est trouvé extrait. En fait j’étais en train de chercher un nom convaincant pour ce projet et quant je suis tombé sur cette phrase, je me suis dit que c’était ça, ça décrivait à la perfection le genre d’émotion que je voulais faire passer. De même les titres de la démo « In the Distance » en sont inspirés. On peut voir ça aussi comme un clin d’œil personnel à ce groupe dont les membres comptent aussi parmi mes meilleurs amis. Voilà pour la touche sentimentale sinon par la suite, j’ai trouvé amusant de donner un nom aussi long à un projet destiné à l’époque à rester muet.

Pour le pourquoi, en fait je voulais recapturer un peu l’esprit de la première démo que j’avais faite d’ULFANG par son côté assez nostalgique et à la fois entraînant. Je me suis vite rendu compte qu’avec ce groupe je m’étais égaré par la suite en développant un côté dépressif qui ne me correspondait pas vraiment, pas sous cette forme en tout cas. De ce fait n’ayant jamais trop aimé le nom de ce projet, j’en ai profité pour en créer carrément un autre.

Sinon je ne pense pas que beaucoup de personne l’aient calculé, à défaut sans doute d’avoir pu écouter les deux enregistrements, mais un morceau de la démo de WSSAMS est une reprise réarrangée du morceau Forest of Madness de la première d’ULFANG.
Peux-tu mettre en lumière tes influences? “In the Distance” est un petit joyau de rock mélodique/black metal, où vas-tu chercher ton inspiration? (Ca sent le NUIT NOIRE direct ?!) Cherches-tu à poser un nom sur ce que tu compose ?

Tout d’abord, je suis heureux de ta description car quant je lis sur des blogs à propos de ce groupe la mention black metal dépressif j’ai du mal à saisir [Ndjb : heu, moi aussi j’ai du mal là]. Oui NUIT NOIRE, carrément leur démos sont excellentes et m’ont surement inspiré musicalement depuis le début ou j’ai commencé à faire mes propres trucs. Leur guitariste a un feeling assez unique et féerique comme il le décrit lui même. Ensuite je citerais FORGOTTEN WOODS/JOYLESS, le AGALLOCH de Pale Folklore ou certains titres de BURZUM (My Journey to the Stars par exemple), ainsi que PARADISE LOST période Draconian Times. J’ai toujours apprécié les groupes incorporant des éléments rock (au sens large : au niveau du jeu de batterie, du jeu de guitare pas forcément en tremolo tout le long etc) et qui n’ont pas peur de balancer le bon plan mid-tempo mélodique imparable au milieu d’un titre. Je pourrais rajouter VED BUENS ENDE, ROTTING CHRIST à cette liste voire FLEURETY mais l’influence des groupes cités plus haut est bien plus présente chez moi.

Sinon je pense néanmoins y apporter une touche personnelle et ceci au niveau des guitares, involontairement en fait car j’ai toujours eu un goût pour les harmonies, les belles mélodies donc ça s’est fait naturellement.

Sinon je suis pas un visionnaire, loin de là. J’ai besoin d’avoir des références sur lesquelles me reposer lorsque je compose. Je suis incapable de créer à partir de rien contrairement à d’autres. Par le passé plus que maintenant je pense. A l’époque j’étais obsédé par l’idée de faire des morceaux à ambiance très longs avec peu d’évolution (donc chiants quant ratés) mais avec le recul il est clair que ce n’était pas moi. Je pense avoir évolué à contre nature à une certaine période jusqu’à cette fameuse démo de WSSAMS ou je ne me suis plus pris la tête.

Après à savoir si ce que je fais est du black metal ou pas, ne traitant n’y d’occultisme, n’y odinisme, ni quoique ce soit d’autres qui ait rapport avec ce style et ne développant même pas spécialement une atmosphère sombre mais plutôt nostalgique, je laisse les gens décider, c’est moi c’est tout.

La question évidente qui s’impose à mon esprit est : comment fais-tu cela? « In the Distance » propose des riffs excellents à profusion, qui se complètent et évoluent de façon incroyable. Comment composes-tu, et sous quel état d’esprit ?

Tout d’abord merci pour le compliment. La démo à laquelle tu fais allusion est surement celle ou tout s’est déroulé le plus naturellement. A aucun moment je me suis pris la tête sur la composition ou les arrangements des morceaux. Ca a été très spontané et cela s’est fait de manière assez rapide. Pour te donner un exemple, je me souviens avoir composé/programmé la batterie/enregistré mes trois premiers morceaux en quelques heures sur trois jours en rentrant du boulot, soit un titre par jour quoi. Puis j’ai connu une autre période ou ça a été de même. Les autres titres ont été composés de manière plus éparse mais la technique est restée la même. J’essaye en général de trouver deux riffs qui s’enchaînent bien, je programme la batterie puis je me dis qu’un pont serait bien à cet endroit, je trouve un riff qui ferait l’affaire mais sonnant d’une manière assez différente pour la variété, j’en fais une variante puis je reviens sur mes premiers riffs et voilà, je peux enregistrer. Une fois le tout enregistré, je jamme plus ou moins sur les parties principales pour trouver des harmonies intéressantes mais assez structurées pour ne pas faire lignes improvisées. Pour la basse, je me contente de suivre les fondamentales. Le but était de faire des morceaux variés assez catchy mais pas trop long pour ne pas lasser du fait qu’ils allaient rester instrumentaux. En fait je suis pas du genre à essayer 50 versions de morceaux, la première est souvent la bonne.

Pour l’état d’esprit, c’est difficile à expliquer mais en tout cas, je ne dois pas être déprimé car je ne suis pas du tout productif. Je pense qu’il me faut me sentir bien dans une certaine mesure et comme je suis d’une nature assez mélancolique, ça donne ce mélange étrange.

Comme pour tous les one-man-bands, on se pose cette question. Quel matériel et lieu(x) utilises-tu pour donner le jour tes créations ?

J’ai commencé sur un quatre piste séculaire qu’on m’avait prêté, dont seulement trois pistes étaient opérationnelles puis faisant face à certaines limites (« et c’est bien légitime »), j’ai développé le travail sur PC, Cubase un peu comme tout le monde car il y a plus de possibilités (nombre de pistes, effets etc..). J’ai un séquenceur Yamaha QY100 pour tout ce qui est programmation, bien que je programme la BAR sur un petit software en midi sur mon pc du nom d’Anvil duquel j’extrais les fichiers par câble midi. Sinon un Pod en direct et une PRS comme guitare. C’est un peu mieux qu’au début mais comme je suis quant même une brêle pour tout ce qui est son et production, ça ne se ressent pas vraiment.

Pour ce qui est du lieu, c’est dans mon appart tout simplement.

Ah, je n’en reviens toujours pas. Ca fait maintenant quelques mois que j’ai ta cassette et à chaque écoute, je la redécouvre. Un des meilleurs trucs que je me sois mis sous la dent. Parle-nous de l’association avec Todestrieb si tu le veux bien.

En fait c’est tout simple, il faisait parti des quelques labels dont l’image me plaisait à qui j’avais envoyé un mp3 par mail en proposant d’envoyer le reste en CD-r s’ils étaient intéressés. J’ai eu trois labels intéressés mais il s’est avéré que Todestrieb m’a semblé le plus sincère et qu’il aimait vraiment et comme en plus je savais que ce n’était pas un label à sortir vingt-cinq démos dans le mois et à être plutôt sélectif dans ses choix, ça m’a d’autant plus plu.

J’ai cru comprendre que tu avais d’autres projets musicaux ? J’ai jeté l’oreille sur une démo d’ULFANG, c’est pas dégueu même si ça sonne nettement plus amateur. Quelques mots là-dessus ?

D’un point de vue personnel la première démo que j’ai faite, malgré ses tonnes de défauts, dans le son, l’interprétation approximative, le chant faiblard et la vieille BAR midi, reste un des trucs dont je suis le plus « fier ». J’en avais distribué gratuitement environ quarante exemplaires par un forum sur le net et envoyé à des fanzines et webzines. Quant j’y repense c’est vrai que j’étais à fond car le rendu sonne vraiment UG, j’avais peur de rien. J’aimerai la ressortir un jour. Sinon mes autres projets BM sont DEFAILLANCE et ETHERE, qui évoluent plus dans une veine atmosphérique.

Prévois-tu d’incorporer des membres sessions ? Des collaborations ?

Déjà, je ne suis pas d’une nature à vouloir imposer des choses aux gens ou vouloir commander, mais comme à côté de ça j’ai quand même une idée précise de comment doit sonner ce projet, à l’arrivée je préfère ne pas prendre d’autres membres. Je pars du principe qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. C’est surtout au niveau chant, que la question peut se poser car j’ai bien envie d’en incorporer dans le futur. En ce qui concerne des collaborations, avec AURVANDIL j’espère puisqu’on en a déjà parlé !

Quels sont tes projets avec WSSAMS ? Y a-t-il un avenir ? Je rêve d’un album…

Tout d’abord essayer de distribuer ma démo de 2008. Travailler sur une nouvelle démo, j’ai quelques idées de riffs. Je vais prendre mon temps car j’ai vraiment envie de faire un truc bien, plus uniforme, mieux produit et qu’importe si à l’arrivée il n’y a que quatre titres pour un quart d’heure. Pour un album, ça serait génial en effet mais ça demande une implication de tout les instants que je ne suis pas sûr de pouvoir fournir en ce moment.

A propos, ta musique est encline à provoquer la rêverie. A quoi rêves-tu ?

A quoi je rêve, de vivre loin du monde sans toutes ces contraintes qui pourrissent notre quotidien, vivre en totale autarcie. Faire de ma vie, une suite de plaisir simple. Cultiver un jardin par exemple, ça peut paraître bête. Sérieusement, on se sent tellement loin de tout et c’est tellement agréable. Voici c’est sûr c’est moins extrême que de rêver d’un Reich de 1000 ans ou de faire caca sur le Saint Suaire mais je rêve de mon bonheur tout simplement.[Ndjb : AHAH ! Et comme on te comprend…]

J’arrive à déduire par tes faits et gestes (ou plutôt leur rareté) que tu es relativement hors de la ‘scène’. Que penses-tu des scènes en général ? De l’underground ? Quel impact l’essor des sites de networking (l’habituel débat myspace) a-t-il sur cet ‘underground’ ? Enfin, un avis sur la ‘scène’ française ?

Ce n’est pas spécialement voulu, je ne connais pas ou plus tellement de monde du « milieu » d’ailleurs je dois t’avouer que tu es la seule personne lié avec le BM avec laquelle je converse depuis des mois. Sinon la scène, l’Underground, c’est bien, ça doit exister mais je pense qu’à l’heure actuelle ça ne veut plus dire grand chose. Il ya tellement de groupes. D’ailleurs je n’y retrouve pas tellement la notion de « fraternité » qu’il me semble que ça devrait impliquer. Je présume qu’à une époque une place dans l’Underground devait se gagner. D’un point vu personnel, je respecte bien sur ceux qui le défendent, mais je ne me sens pas tellement impliqué.
Myspace c’est une bonne chose concernant la promotion, je l’ai expérimenté à une époque mais à force, le côté intéressé et même le concept de la demande d’ami m’a gonflé. D’autant plus que n’ayant qu’une connexion bas débit je n’ai jamais pu écouter le moindre groupe. Il est sûr que ça a le mérite de donner une meilleure exposition aux bons groupes mais l’inconvénient est d’en faire de même avec les mauvais et au final de dissuader des auditeurs blasés d’aller cliquer sur PLAY.

Sinon si j’avais un avis à donner, j’aimerai que les groupes et les labels se responsabilisent un peu par rapport à leur musique en ayant assez de recul pour juger de leur intérêt et surtout de leur qualité avant de sortir des trucs. Et je parle aussi bien pour mon cas, car j’estime par le passé avoir sorti pas mal de trucs polluants aussi.

La scène française, je sais qu’elle est très réputée à l’étranger avec des groupes comme DEATHSPELL OMEGA, ANTAEUS, AD HOMINEM, PESTE NOIRE, les BLACK LEGIONS etc..Mais je dois dire que je ne suis pas super fan. Par contre certains albums (et démos) font partie de mes favoris niveau black metal et je pense notamment à celui d’HIRILORN qui reste pour moi le chef d’œuvre du black metal français [Ndjb : Voilà qui va faire plaisir à Shaxul !]. Je citerai aussi la démo III de LEX TALIONIS : Ultimate Barbaric Bestiality qui est géniale même si ce n’est pas exactement du black metal. En groupe plus récent, j’ai un petit faible pour DARVULIA et S.V.E.S.T.

Qu’écoutes-tu en général ? Qu’est-ce qui t’a plu récemment ? Des découvertes à nous faire partager ?

Ma dernière claque est toute récente, il s’agit d’un artiste suédois nommé PETER VON POEHL. Je dirais que c’est de la pop mais ça serait très réducteur en tout cas la musique est empreinte d’une légèreté folk assez magnifique, très mélancolique sans être gnangnan et ceci tout évitant de tomber dans l’écueil de la sophistication. J’ai déjà du écouter l’album cinquante fois.

Sinon je ne suis pas trop au courant des dernières sorties car je n’achète plus trop de disques, j’avais commandé il y a quelques mois l’album de AIRBOURNE sur Amazon mais je ne l’ai jamais reçu, super. Sinon ah si on m’a passé le dernier METALLICA… Et en black metal en particulier, je ne saurais vraiment pas quoi te répondre. J’ai bien aimé réécouter URFAUST l’autre jour mais bon c’est pas vraiment une découverte. Le dernier CRADLE me tente bien, j’en entends dire beaucoup de bien.

Ton travail est-il influencé par quelque littérature de bon aloi ? Sinon, lis-tu quand même pour ton propre plaisir ou culture ?

Oui bien sûr, j’ai des grosses périodes de lecture. C’est très varié niveau style et c’est selon l’envie. Le dernier qui m’a marqué est Siddartha d’Herman Hesse. Le voyage initiatique d’un jeune indien brahmane vers le plus haut degré de spiritualité. Vraiment très beau, poétique et au style magnifique.

Crois-tu en une quelconque divinité, entité supérieure ou compagnon transcendant ? Que penses-tu de la religion en général ? Une opinion sur la récente montée de l’islamisme dans le monde? Comment perçois-tu la surreprésentation du satanisme dans le Metal ?

Non je ne crois en aucune entité supérieure ou aucun dieu. Mais je comprends que des gens peuvent le faire. Le recours à ce genre de pensée est conditionné selon moi par la peur. C’est un comportement humain que de se reporter sur une hypothétique aide céleste lorsque tout fout le camp en bas. Je ne jugerai pas ces gens mais ce n’est pas ma façon de penser. Si je ne suis pas attiré par les religions qui sont pour moi dans la pratique liées à la subordination et à la peur, je n’en rejette pas pour autant la spiritualité. Moi je la trouve dans la nature seule, dans sa contemplation et dans la paix qu’elle m’apporte. Je fais parti d’elle et elle fait parti de moi.

La montée de l’islamisme ou plutôt d’une certaine forme d’Islam ? C’est dommage pour les vrais croyants. Sinon je m’en fous carrément, je n’ai pas de valeurs à défendre, si ce n’est les miennes. De plus je trouve ça plutôt amusant de voir l’hypocrisie ambiante des politiques à ce sujet.

Je ne me suis jamais rendu compte de cette surreprésentation. Si tu fais allusion au Black Metal, ça paraît logique. Sinon le Metal étant depuis ses débuts une musique rebelle, il me semble normal qu’elle soit le plus souvent associée à une idéologie rebelle, dans son sens le plus noble. Après je ne peux pas te dire si pour tout ces groupes, c’est une vraie philosophie ou plus une remise au goût du jour de la célèbre doctrine : « Sex, Drugs and Rock n’Roll ».

Que penses-tu des médias actuels en France ? As-tu des inquiétudes quant au noyautage de l’information ? La situation politique t’inspire-t-elle des réflexions ?

Je pense que cela a toujours été plus ou moins le cas depuis des siècles. La politique actuelle ne m’inspire pas grand chose si ce n’est l’envie de les laisser brasser de l’air.

L’Homme. Cette bonne vieille blague. Ta musique transcende l’humain, et transpire la solitude. Es-tu ‘misanthrope’ ?

Je ne me considère pas comme misanthrope dans le sens ou je ne déteste pas l’intégralité de l’espèce humaine, j’aime juste en être éloigné le plus possible. A trop fréquenter de monde, je finis par étouffer et j’ai besoin de me retrouver. J’aime le calme et la solitude. Sinon l’Homme, le décideur, l’ambitieux, celui qui a écrit notre histoire, celui qui manipule, quant je vois le monde qu’il a construit et dans lequel il règne, il ne m’inspire rien d’autre que le dégoût.

Peux-tu définir WHILE SAD SPIRITS AROUND ME STROLL en trois adjectifs ?

Nostalgique, entraînant et lointain.

Les derniers mots sont pour toi. Encore une fois, sache que ta cassette est une des meilleures démos que j’ai écouté, tous classements confondus ; son génie ne frappe pas immédiatement, mais c’est le genre de tape qu’on garde toute sa vie sans jamais l’oublier. Je te souhaite le meilleur pour la suite, et espère entendre parler de toi. Évoque LA VOIX DES OMBRES, et elle te répondra.

Merci pour le soutien JB, c’est génial de voir que ma musique ait pu te toucher de quelques manières que ce soit. De même grand merci pour cette intie !

Advertisements